Poster mis à jour julio 2016

Étudier dans une Université en Écosse

Le cursus universitaire n’est pas une mince affaire. N’importe quel étudiant désireux de suivre un cursus de troisième cycle doit bien savoir vers quoi se diriger et où s’inscrire pour le faire. Au Royaume-Uni, un système universitaire se démarque par son brillant fonctionnement : le système universitaire écossais.

Nous allons vous donner quelques bonnes raisons qui vont vous convaincre qu’étudier en Écosse est l’une des meilleures décisions que vous pourriez prendre quant à votre futur.

Pour commencer, c’est l’Écosse. Un des pays (petit pays, bien qu’intégré dans le Royaume-Uni) possédant une richesse culturelle incroyable, une histoire, des paysages et beaucoup d’art. De plus, son système éducatif attire plus de mille étudiants chaque année, précisément plus de 30,000 par an.

Étant un petit pays, les villes sont bien reliées entre elles, alors se déplacer d’une ville à une autre ne pose absolument aucun problème. Aussi, les grandes villes, Glasgow et Edinburgh, proposent une belle quantité de liaisons internationales. Vraiment pas facile, n’est-ce pas ?

Le système éducatif universitaire en Écosse commence un an avant celui du reste du Royaume-Uni, à l’âge de 17 ans, après deux ans de licence pendant lesquels les étudiants ont pu choisir et essayer des options afin de trouver vers quelle carrière se diriger.

Commencer son cursus à cet âge là présente un autre avantage : c’est un diplôme en 4 ans, alors que partout ailleurs en Grande-Bretagne c’est seulement en trois ans. Tous les étudiants terminent leurs formations professionnelles au même moment, mais certains ont une année de préparation en plus par rapport aux autres. Et ça, les entreprises aiment beaucoup.

Et il y a un autre gros avantage qui en convaincra plus d’un que venir étudier en Écosse serait l’une des meilleures options possibles, ou qu’au moins, il faut venir essayer pour une année.

La première année de cours, que ce soit pour les écossais ou pour les résidents de l’Union Européenne, aucun étudiant ne paie son inscription.

Selon ce système, ce coût de scolarité qui représente souvent la dépense la plus élevée des étudiants au moment de commencer leurs études, est pris en charge par la Students Awards Agency for Scotland (SAAS, Agence Écossaise d’Attribution aux Étudiants). Dans d’autres endroits, comme au Pays de Galles, seuls 40% sont couverts puis en Angleterre et en Irlande du Nord soit on prend une bourse soit on paie l’inscription dans son intégralité pour accéder à l’université.

De plus, le système universitaire écossais comprend 22 établissements, les universités de Glasgow, Aberdeen ou Edinburgh inclues ; celle d’Edinburgh étant l’une des plus anciennes du pays (fondée en 1582) ou l’université de St. Andrews, où a étudié Olivier Sarkozy.

Ces universités sont prestigieuses, un niveau d’enseignement très élevé. De fait, en proportion directe, l’Ecosse est le pays qui a le plus d’universités de renommée mondiale par habitant. Quatre d’entre elles sont dans le classement des 200 meilleures au monde.

Autre bonne raison de venir étudier en Ecosse : ses habitants. Les écossais sont, pour ainsi dire, des personnes très aimables. Outre leur réputation de pingres (tout le monde y va de son commentaire, il y a des écossais radins et d’autres généreux, comme partout), les écossais sont également réputés pour être accueillants et chaleureux.

Par ailleurs, longue est la liste des célébrités écossaises. Et presque partout, quelque soit le domaine. Il est si facile de rencontrer quelqu’un de là-bas qui aura réussi avec succès ses études.

Sans aller plus loin, dans le cinéma. L’Ecosse a enfanté des acteurs de renommée mondiale, comme Sean Connery, oscarisé et six fois James Bond ; Gerard Butler ou encore Ewan “Obi Wan Kenobi” McGregor, rien que ceux-là.

En sciences, il se trouve que l’écossais Alexander Graham Bell fut l’inventeur du téléphone. Et John Logie Baird, inventeur de la télévision, a également étudié en Ecosse. Et ce n’est pas tout, le Professeur Peter Higgs, pas vraiment écossais mais presque vu le temps qu’il a passé dans ce pays : il a reçu le premier Prix Nobel pour avoir découvert le boson (qui porte son nom) qui calcule et prouve la masse des particules subatomiques.

Dans le domaine du sport, et avec l’autorisation de sir Alex Ferguson (entraîneur de Manchester United entrenador del Manchester United, depuis (seulement !) 26 saisons), le plus célèbre est le cycliste sir Chris Hoy, qui a remporté six médailles d’or olympiques (trois d’entre elles pendant la même édition des Jeux, en 2008). Aussi, le joueur de tennis écossais Andy Murray, actuellement numéro 3 mondial (classement d’octobre 2015).

Annie Lennox, Franz Ferdinand ou Susan Boyle sont de bons exemples pour la musique, domaine que l’Ecosse maîtrise également. Encore plus d’exemples ne sont pas nécessaires : on retrouve aussi la terre des highlands, particulièrement réputée : tous ont, à un moment de leurs vies, étudié dans une université écossaise.

En parlant des highlands, voilà une autre raison de choisir l’Ecosse : les paysages et les sites touristiques qu’on y trouve. Bien entendu, il ne faut pas oublier le lac le plus célèbre du monde, connu pour son… habitant existant ou non (à vous de voir) : le Loch Ness.

Les paysages du nord de l’Ecosse sont impressionants. Les highlands, les Hautes Terres d’Ecosse, sont une zone montagneuse au nord du pays. Peu de gens résident dans ce coin, mais aller se promener par là c’est s’imprégner de la culture celte dans toute sa splendeur.

En réalité, c’est justement à cet endroit que subsiste la langue initiale de ce pays : le gaélique écossais. Que l’on parle anglais c’est une chose, mais le gaélique est une autre langue qui porte une autre culture. Puis au fait, le Loch Ness se trouve au Sud-Est des highlands.

On pourrait ajouter encore mille autres raisons, chacun trouverait la sienne, mais il est certain qu’en prenant en compte l’histoire, le prestige, les aboutissements, l’emplacement, la culture… L’Ecosse est l’une des meilleures options possibles pour partir étudier loin de la France.

Si d’autres arguments vous viennent à l’esprit, ou si vous désirez partager votre histoire, donner des conseils ou simplement votre avis, laissez un commentaire. Et si vous avez aimé l’article et qu’il vous a été utile, cliquez sur “J’aime” sur Facebook.